Claire North : l’interview de Bookeenstore !

Claire-NorthClaire North est le pseudonyme de Catherine Webb. Catherine a publié son premier roman assez jeune et a écrit des romans young adult avant de se lancer dans la fantasy urbaine sous le nom de Kate Griffin. Elle a étudié l’Histoire à la London School of Economics et les techniques théâtrales à la Royal Academy of Dramatic Art avant de travailler comme designer lumière freelance. C’est une mordue de gastronomie Thaï, elle aime les grandes villes et les bibliothèques confortables et c’est une chasseuse de graffiti hors pair.

Ici on est fan des Quinze premières vies d’Harry August, son premier roman sous le nom de Claire North, et c’est avec plaisir que nous l’accueillons sur le blog de Bookeen !

Bonjour Claire !

Touch Claire NorthChez Bookeenstore, on a adoré Les quinze premières vies d’Harry August et nous attendons avec impatience la sortie de ton nouveau livre, Touch, le 25 septembre prochain aux éditions Delpierre ! (Pour les plus impatients d’entre vous, le livre est déjà disponible en précommande !). Peux-tu nous présenter ton nouveau roman ?

Touch raconte l’histoire d’un personnage que ses ennemis nomment Kepler. Kepler était humain mais a été déconnecté de son corps ce qui fait qu’il ne possède plus d’enveloppe corporelle propre et se déplace de corps en corps en touchant l’hôte qu’il convoite. À l’envie, il peut devenir un homme ou une femme, être jeune ou âgé. Malheureusement, lorsqu’il saute d’un corps à l’autre, il prend physiquement contrôle du corps mais ne connaît rien de l’histoire ou du caractère de  sa nouvelle enveloppe. Chaque changement de corps est un nouveau départ, ce qui lui attire pas mal d’ennuis.

À bien des égards, Kepler est une créature déplaisante car, quand on y réfléchit, l’idée qu’il puisse nous posséder à tout moment par un simple contact physique est terrifiante. Cependant, c’est également une créature qui se bat pour vivre sa vie du mieux qu’elle peut, dans des conditions difficiles. Ses tentatives pour faire ce qui lui semble juste sont entravées par des forces extérieures qui payeraient cher pour avoir la peau de Kepler.

Ce livre est une sorte de thriller. Au tout début du livre, un de ses corps est tué et Kepler, dans un geste désespéré, saute dans le corps de son assassin. Le reste du livre oscille entre le roman policier et le thriller, mais je ne veux pas en dire plus de peur d’en dire trop !

Harry August revit sa vie encore et toujours, Matthew Swift ressuscite. Avec ta présentation on a l’impression que, dans Touch, Kepler ne meurt pas car il lui suffit de se transporter dans un autre corps pour échapper à la mort. 

Peut-on en tirer des conclusions sur la manière dont tu perçois le temps, et la vie en général, ou est-ce une pure coïncidence ?

La folie des anges Kate GriffinJe pense surtout que ça dit quelque chose sur le genre d’histoire que j’aime écrire ! Ce qui veut probablement dire quelque chose sur la manière dont je vois la vie, mais je n’ai aucune idée de ce que ça peut être…

Le mécanisme qui fait qu’Harry ne meurt pas me permet de pointer du doigt le 20ème siècle et la valeur que les gens donnent à leur vie d’une façon unique. Le besoin qu’a Kepler de voyager d’un corps à l’autre m’a permis de m’amuser avec un genre de thriller inhabituel, tout en examinant ce que cela peut faire d’observer chaque vie que l’on voit, pas uniquement du point de vue d’un étranger, mais de celui de quelqu’un qui envisage activement de devenir vous, et en quoi cela change notre perception de la vie des autres. Et pour Matthew Swift… C’est discutable mais je trouve sa résurrection moins intéressante que les créatures qu’il ramène avec lui d’entre les morts. Si j’avais trouvé un autre mécanisme aussi sympa que celui-là pour lâcher ces créatures à ses trousses, j’aurais joué le jeu avec plaisir. Cependant, je pense que le fait de s’être fait tuer est un élément qui pimente grandement sa vengeance. Dans le cas de Swift, son rapport à la mort est plus un ressort scénaristique qu’une réflexion sur la mort en elle-même !

Les quinze premières vie d'Harry August Claire NorthLorsque j’ai lu Les quinze premières vies d’Harry August, j’ai été impressionnée par ta maîtrise de la narration non-linéaire. Tout trouve parfaitement sa place et on a l’impression que toutes les vies d’Harry se fondent naturellement dans les dernières lignes. Comment as-tu travaillé sur ce roman ? Avais-tu une méthode particulière pour garder un œil sur tous les détails ?

J’avais bien un tableau pour les détails techniques simples, comme l’âge réel d’Harry dans ses différentes vies.  L’un des problèmes qu’on rencontre lorsqu’un personnage ressuscite en tant que lui-même c’est que vous pouvez avoir un Harry August de 7 ans qui a en fait près de 800 ans en âge cumulé. Garder en tête l’âge des différents personnages et les lieux dans lesquels ils sont censés se trouver était délicat, mais avec la prise de notes pas de problème !

Pour le reste… Honnêtement, ça aurait pu être pire. Même si la narration n’est pas linéaire, la structure du livre – Harry August raconte l’histoire à un proche – lui donne une certaine logique émotionnelle. La question n’est pas de savoir si 1960 suit 1950, mais plutôt quelle décision engendre quel événement, et comment Harry évolue au fil de l’histoire. Ces événements ne se suivent pas dans le temps, mais ils se suivent émotionnellement et, si vous collez à cette logique, il y a peu de chances de se tromper !

Petite confidence pour les Bookeeneurs : es-tu en train de travailler sur un nouveau roman ? Si oui, tu peux nous en parler ?

Je viens de finir les corrections de mon troisième roman sous le nom de Claire North. Pour l’instant le titre est Forget Me Not (traduction : Ne m’oublie pas) et il raconte l’histoire d’un personnage qui, je m’en rends compte maintenant, ne meurt pas une seule fois.

Plus spécifiquement, c’est l’histoire d’Hope Ardern, une femme que tout le monde commence à oublier à partir de ses seize ans. Vous pouvez la rencontrer, marcher avec elle, lui parler mais, à partir de l’instant où vous détournez les yeux, elle disparaît de votre mémoire. Évidemment, cela complique sa vie car il est difficile pour elle de trouver un travail, d’avoir des amis, une famille voire même un foyer : tout ce qu’elle fait est à court terme car c’est la durée dont elle dispose avant qu’on l’oublie. Cependant, cela fait d’elle une voleuse absolument fantastique…

Peux-tu nous parler des auteurs et des livres que tu aimes lire ?

Terry Pratchette Annales du Disque-Monde 1C’est assez hétéroclite, mais allons-y…

Comme on peut s’en douter, j’adore la science-fiction et la fantasy. Terry Pratchett a bercé mon enfance et Roger Zelazny reste mon héros de toujours.  Zelazny résume tout ce que j’aime : il a de grandes et magnifiques idées et, grâce à son écriture, ses personnages sont si réels qu’on oublie qu’on est en train de lire un livre. J’ai lu beaucoup de livres de ma bibliothèque municipale, en commençant par Douglas Adams (j’adore les livres qui me font rire) et en continuant avec Ursula le Guin et Philip K. DickRaymond Chandler m’a rendue accro aux enquêtes et aux romans noirs. J’aime également les romans graphiques. Cette passion a commencé avec Sandman de Neil Gaiman, puis Ex Machina. J’ai beaucoup apprécié le cycle de La Culture d’Ian M. Banks et j’adore la plume de Ruth Ozeki. Concernant les classiques, je trouve Dr Jekyll et Mr Hyde fantastique, tout comme Le maître et Marguerite, et, même si ce n’est clairement pas un livre léger et drôle, Hommage à la Catalogne est un livre qui me hantera  encore des années.

Quel est le détail le plus important quand tu choisis un nouveau livre à lire ?

Le cycle des princes d'Ambre Roger ZelaznyDes mots qui ne ressemblent pas à des mots, des descriptions qui se transforment en images. Je peux lire n’importe quoi du moment que l’écriture accroche mon esprit et qu’elle se mette à briller et à couler de source plutôt que de rester un enchaînement de phrases et des paragraphes qui forment une page.

Quel est ton livre préféré ? Peux-tu nous le présenter ?

Argh, en choisir seulement un parmi une infinité…. Si j’étais bloquée sur une île déserte et que je devais absolument choisir, je me dirigerais probablement vers Le cycle des princes d’Ambre de Roger Zelazny. C’est une réponse de tricheuse car ce sont en fait dix livres qui composent ce cycle merveilleux. C’est de la fantasy de haute volée, une saga épique sur la guerre et la politique, mais sans exagérations. Chaque personnage est totalement réaliste et humain, l’écriture est magnifique, les idées sont drôles et pleines d’humanité. C’est juste une histoire fantastique que je dévore encore et toujours avec plaisir.

Nous remercions chaleureusement Claire North pour ses confidences ! Vous pouvez la retrouvez sur son compte Twitter et son blog.

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s