Dominique Maisons : l’interview de Bookeenstore

Edit : Le jeudi 16 juin 2016 sur Paris, rencontrez Dominique Maisons ! Inscrivez-vous vite au Bookeen Café, les places sont limitées !

bookeencafe-polar-dominiquemaisons

Dominie_MaisonsDominique Maisons est né en 1971. Il a été éditeur de presse, traducteur de bande-dessinée, a travaillé 10 ans dans la musique, a coproduit un long métrage (un thriller franco-chinois, L’oeil du silence ) ainsi que les DVD de La Vie privée des animaux de Patrick Bouchitey… Il a surtout vu son premier thriller couronné du Grand Prix VSD du polar 2011 : Le Psychopompe.

Bonjour Dominique, 

Pouvez-vous nous présenter votre dernier roman, Le festin des fauves ?

C’est un thriller, violent et nerveux, une variation sur la violence et la paranoïa de notre époque. Il est à réserver à un public averti et amateur de sensations fortes, cependant j’espère que c’est avant tout un grand et bon divertissement, une expérience de lecture réjouissante pour les amateurs du genre. Il s’inspire du roman feuilleton Judex, et au travers lui de son modèle Le Comte de Monte-Cristo ainsi que du sens de la provocation des surréalistes et de leur fascination amusée pour le cannibalisme. Tout un programme, vous en conviendrez !

dominique maisons- le festin des fauvesQu’affectionnez-vous particulièrement dans l’écriture d’enquêtes policières ?

Jouer avec les lecteurs, les tromper pour leur plus grand plaisir. Il faut savoir doser ses effets et trouver ses chutes. On n’écrit pas un thriller pour se faire plaisir à soi-même, il faut avoir sans cesse le souci de l’efficacité, le souci du lecteur, du rythme et du mot juste et clair. C’est très contraignant, mais l’exercice est stimulant et cela oblige à garder un fil directeur fort. J’adore aussi me documenter, le genre requiert une solide documentation, être précis et cette étape me permet d’apprendre énormément de choses, chaque jour, et c’est très enrichissant.

Quels sont pour vous les ingrédients indispensables d’un bon polar ?

Une intrigue novatrice, originale, servie par des personnages forts, un contexte bien décrit et un rythme soutenu. Si en plus on parvient à ajouter une petite plus-value sociale ou culturelle, s’enrichir en s’amusant, je crois qu’on touche le jackpot. J’aime aussi inclure une certaine dose de violence, de noirceur, d’âpreté, un bon polar doit être un peu salissant !

Quels sont les livres et auteurs qui vous inspirent en tant qu’écrivain et vous passionnent en tant que lecteur ?Alamut de Vladimir Bartol

Je lis vraiment de tout, la diversité est un des plaisirs essentiels de la lecture. En polar, Ellroy et DOA sont les auteurs préférés. Je viens de terminer Pukhtu de DOA et j’ai encore été bluffé, on ne peut rêver plus dense, plus réaliste, plus exigeant, DOA est vraiment un grand.

Sinon, hors polar, j’aime beaucoup Ron Rash, j’ai la chance d’être en train de lire son nouveau roman qui ne paraîtra qu’en janvier et c’est toujours aussi remarquablement écrit.

Quel est votre livre préféré ? Pouvez-vous nous le présenter et nous dire pourquoi il est aussi spécial à vos yeux ? .

Ça change tous les jours ! Aujourd’hui, j’aurais envie de parler d’Alamut de Vladimir Bartol, un livre extraordinaire sur le fanatisme, la religion et le Moyen-Orient. La légende du vieux fou sur la montagne et sa secte d’haschischins est vraiment riche d’enseignements et résonne douloureusement en ce moment. Si vous ne l’avez pas déjà lu, c’est vraiment à découvrir d’urgence.

Le festin des Fauves :

Présentation de l’éditeur :

Quand un justicier décide de frapper au plus haut de l’Etat et de la police, c’est tout le système qui tremble. Le bal des grands fauves est
ouvert… 

A Neuilly, un notable corrompu donne une somptueuse soirée libertine. Les hommes portent des masques de prédateurs : hyènes, lions, chacals… Les femmes sont les proies : gazelles, antilopes ou biches. Mais au moment du discours qui doit lancer la fête, l’hôte s’écroule, dans un jaillissement de sang. Un poison lui a fait exploser tous les organes. Quelques jours auparavant, la victime avait reçu une lettre de menaces, signée d’un curieux nom : Judex. Que vient faire dans cette affaire le justicier en cape noire du feuilleton de Louis Feuillade et Arthur Bernède ?

Et cette dénommée Lucy, maîtresse SM, qui n’a de cesse de retrouver sa compagne disparue, Roxana ? Et ces trois frères brésiliens qui sèment la mort pour récupérer d’étranges urnes funéraires ? Quand un nouveau grand ponte succombe aux avertissements de Judex, c’est tout l’appareil étatique et policier qui se retrouve en danger. Le Commandant Rossi sait qu’il sera le fusible, le premier à être sacrifié si tout dégénère. Pour sauver sa peau, il doit remonter la piste de Judex jusqu’aux plus hautes sphères.

Bon plan :

Les deux premiers romans de Dominique Maisons, le Grand Prix VSD du polar 2011 : Le Psychopompe et Rédemptions sont en promotion à 7,99€ au lieu de 13,99€ jusqu’au 30 novembre ! C’est l’occasion parfaite pour découvrir les œuvres de cet auteur si vous n’avez pas encore succombez à sa plume. 

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s