#BookeenCafé SF : Découvrez Cécile Duquenne !

Le jeudi 15 juin 2017, l’équipe Bookeen vous invite à rencontrer vos auteurs de Science-Fiction préférés lors de notre prochain Bookeen Café SF au Dernier Bar avant la Fin du Monde !

———————————————————————————

Cette semaine, rencontrez Cécile Duquenne, auteur de la série Les Foulards Rouges chez Bragelonne. Nous avons réalisé cette interview en collaboration avec VendrediLecture, saurez-vous reconnaître leurs questions ? 😉

Interview de Cécile Duquenne

Bonjour Cécile,

Bonjour Bookeen ! Et merci pour cette chouette invitation au BookeenCafé, ça me fait très plaisir. 🙂

Le dernier épisode de la saison 3 des « Foulards Rouges » sort bientôt ! Peux-tu nous parler de cette série ?

foulardsLes Foulards Rouges, c’est au départ une aventure un peu folle, et « et si » qu’on ne pense jamais pouvoir tenir : « et si j’écrivais un mélange de western, de space-opera et de steampunk, et que j’en faisais une œuvre au format sériel et littéraire ? » Le truc éclectique et inclassable, un peu trop même pour tenir en un seul tout cohérent (à priori…) et, aussi, trouver un éditeur. Or, il se trouve que j’ai finalement réussi mon pari, puisque même si la série est inclassable, elle a trouvé une forme aboutie et cohérente, mais aussi son public grâce à la confiance de Bragelonne.

Quelle a été ta source d’inspiration pour le personnage de Lara ?

Mis à part pour le physique, j’évite de m’inspirer de personnages déjà existants. Son prénom est un clin d’œil à l’héroïne de Tomb Raider, comme je l’ai toujours admiré pour son indépendance et sa force de caractère, mais ça s’arrête là. En fait, je me suis inspirée d’un peu toutes les héroïnes que j’aime dans diverses formes de récits : elle a le côté inquiétant de River dans Firefly, le côté combattif de Zoé dans cette même série, les punchlines à la « fight like a girl » de Buffy, les obsessions sombres d’un Comte de Monte-Cristo, mais aussi, parfois, les idéaux de D’Artagnan quand il arrive sur son Bouton d’Or au tout début des Trois Mousquetaires

Physiquement, je l’ai souhaité à l’opposé de tout ce qu’on voit normalement dans les récits d’aventure qui mettent une femme au premier plan et la sexualisent : elle n’est pas forte, ni baraquée, ni même élancée ou sensuelle ; non, elle est « éthérée » au sens de maigrichonne comme un prédateur qui ne mange pas assez à sa faim, et avec une certaine grâce qui ne colle pas à son rôle d’as de la gâchette. On lui voit les côtes. Elle a de l’acné à cause du stress. Et un sale caractère ainsi qu’une bonne dose d’égoïsme. Bref, c’est une sorte d’anti-héroïne (qui est d’ailleurs assez antipathique au lecteur au début, et dans un sens je n’en suis pas peu fière : cela ne la rend que plus humaine et proche de nous !)

Qu’affectionnes-tu particulièrement dans l’écriture de romans de Science-Fiction ?

La pulsion d’errance : ce qui nous pousse à aller plus loin, vers l’inconnu ; vers l’autre, aussi, à la fois ce Grand Autre en nous et avec lequel nous dialoguons, mais aussi l’autre au sens d’autrui, le différent, ce qui n’est pas soi. C’est quelque chose que l’on ne fait pas ou peu dans la réalité, souvent par peur de souffrir ; la science-fiction permet d’expérimenter cela dans l’écriture, et d’ailleurs, cette pulsion d’errance et d’altérité est au cœur des Foulards Rouges.

Quels sont pour toi les ingrédients indispensables d’un bon roman de Science-Fiction ?

De la science et de la fiction ? 😉 Non, je rigole ! Ne partez pas !! Plus généralement, de bons personnages – mais là, ce n’est pas spécifique à la SF. Cela étant, on résume (trop) souvent la SF à ses univers autres, alors que l’autre au cœur de ces univers, c’est l’humain. Et pour moi, un bon roman de SF, c’est un roman où l’humain et son humanité sont au cœur du récit.

Quels sont les auteurs et les livres qui t’inspirent et t’influencent en tant qu’écrivain ?

Beaucoup, énormément… à peu près tout ce que je lis, en vérité.

En littérature, j’ai énormément été influencée par J.K.Rowling, sans laquelle je ne me serais jamais lancée dans l’écriture. Si j’ai commencé à écrire, c’était parce que je voulais la suite du tome 4 de Harry Potter et qu’elle n’existait pas encore… alors, je l’ai écrite à ma sauce. Beaucoup d’auteurs ont commencé par la fanfiction d’ailleurs (et continuent d’en écrire, salut à ceux qui se reconnaîtront ! :)) Plus récemment, j’ai une énorme admiration pour l’œuvre de Sylvie Laîné, qui met justement l’humain au centre de ses nouvelles de SF.

As-tu d’autres projets d’écriture en cours ? Si oui, peux-tu nous en parler ?

Oui ! 🙂 J’écris en ce moment un roman à quatre mains avec un co-auteur secret (et qui le restera… à sa demande ;-)). C’est du steampunk et, sur twitter, j’en parle sous le nom de code #ProjetBrigades. C’est une nouvelle série qui va nous prendre des années, mais on y croit ! Toujours en steampunk mais seule cette fois, je prépare un roman qui s’appelle L’Intemporel, avec une histoire de jumelles qui voyagent dans le temps et chassent les artefacts, comme des phénix mécaniques, des œufs de Fabergé explosifs et des mains de Midas, notamment. Ça a un petit arrière-goût de Tomb Raider – mais sans la poussière, en somme, puisque les antiquités n’en sont pas encore au moment où elles les récupèrent. Ce sera un one-shot ! Et pour Bragelonne, enfin, j’ai prévu un autre gros projet… mais ça, ça va rester secret encore un moment. Je n’en suis qu’à l’étape du synopsis. Je ne dirai que deux choses : steampunk et Japon ! 🙂

Quel est ton livre préféré ? Peux-tu nous le présenter et nous dire pourquoi il est aussi spécial à tes yeux ?

ombre du vent

L’ombre du vent, de Carlos Ruiz Zafón. C’est un roman sublime qui m’a marqué à bien des égards, très réaliste mais avec une atmosphère fantastique subtile… je vous laisse découvrir ça ! Et comme je ne sais pas choisir, j’ai envie d’ajouter quelques titres…

jack londonLe Vagabond des étoiles, de Jack London, manifeste avant l’heure contre la peine de mort, roman fantastique où un condamné à mort retraverse, dans le couloir de la mort, ses vies antérieures. Sublime et percutant ! Très peu connu, aussi… trop peu, j’ai envie de dire. Par contre, c’est un roman très dur à ne pas mettre entre toutes les mains.

Et moins attendu encore, parce que très différent, mais il parle d’altérité : Le Royaume de Kensuke, de Morpurgo. L’histoire d’un petit garçon qui, lors d’un tour du monde en voilier avec ses parents, tombe du bateau et devient rescapé sur une île… qui n’est pas aussi déserte qu’elle y paraît. Contrairement à ce qu’on peut croire, ce n’est pas un roman d’horreur, mais bien d’humanisme.

Quelle est ta lecture du moment ? Sera-t-elle la même vendredi prochain ?

davoustEn ce moment je lis The Girl from everywhere, d’Heidi Heilig. Il s’agit d’un roman assez génial où un navire voyage à travers le temps et les lieux… par des cartes. Et si ces cartes représentent un lieu mythique, il peut s’y rendre aussi : tout est alors possible.

Vendredi prochain, je pense que ma #VendrediLecture sera différente. Je penche pour Port d’âmes de Lionel Davoust, livre que j’ai acheté et fait dédicacer à l’auteur le mois dernier à Nice Fictions. J’ai hâte de m’y plonger ! Il me l’a décrit comme de la « fantasy contemplative »… tout à fait ma came !

Tous les mardis, nous demandons à nos lecteurs de partager leur #MardiConseil. Pour les tiens : quel(s) auteur(s) t’inspire(nt) et quelle(s) lecture(s) t’a/ont le plus marqué ?

Récemment, j’ai particulièrement adoré le dernier tome en date de la saga de science-fiction Les Enfants de l’Ô, de Vanessa du Frat. C’est une excellente série tournant autour de la génétique et des voyages dans le temps, qui mériterait d’être beaucoup plus connue. Les personnages sont très humains, profondément travaillés, l’écriture est ciselée et les mystères… eh bien, toujours plus nombreux de tome en tome, mais même si les réponses tombent au compte-goutte, elles sont si fracassantes qu’on en redemande !

enfants

Quel est ton moment/jour de la semaine privilégié pour lire et/ou écrire ?

Pour lire, principalement le soir, car la lecture est avant tout un loisir et une détente. Or, en journée… je travaille – c’est-à-dire que j’écris ! 🙂 Je suis plutôt du matin, donc quand une journée est réservée à l’écriture, je m’y mets généralement de 9h à 15h environ. Après cela, je travaille sur autre chose, ce qui laisse peu de place pour la lecture à part le soir… sauf si c’est une lecture pour le boulot ! 😉

Chaque lundi, nous posons #LaPetiteQuestionDuLundi, souvent insolite, à nos lecteurs. En voici une qui a récemment eu beaucoup de succès : avec quel auteur ou personnage souhaiterais-tu être coincée dans un ascenseur et pourquoi ?

Oh oui, j’ai adoré cette question moi aussi ! Je n’avais pas pu y répondre à temps, mais j’avais adoré parcourir les réponses des twittos. Pour ma part, j’ai envie de répondre Hermione Granger, afin de pouvoir parler magie, histoire de la magie, bouquins et thé pendant une heure ou plus – et de ressortir super copines, histoire de se revoir plus tard, hors d’un ascenseur de préférence !

———————————————————————————

Envie d’en savoir plus ? Alors venez rencontrer Cécile Duquenne au Bookeen Café, le 15 juin prochain au Dernier Bar avant la Fin du Monde de Paris ! 🙂

Bannière-FB

 

3 réflexions sur “#BookeenCafé SF : Découvrez Cécile Duquenne !

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s