Interview : Les Editions de l’Homme Sans Nom

Cette semaine, les Editions de l’Homme Sans Nom sont à l’honneur sur Bookeenstore ! A cette occasion, vous trouverez une sélection de nos titres coups de cœur, ainsi qu’une promotion spéciale 3 ebooks pour le prix de 2 jusqu’au 17 septembre sur votre e-librairie. Si vous ne connaissez pas encore cet éditeur, c’est le moment idéal de le découvrir !

N’hésitez pas également à jeter un coup d’œil sur nos interviews d’auteurs publiés chez l’Homme Sans Nom : Roznarho, Romain Delplancq et Feldrik Rivat !

Nous avons également la joie d’accueillir Dimitri Pawlowski, gérant des Editions de l’Homme Sans Nom sur notre blog pour parler de leur ligne éditoriale et des livres qui ont marqué leur parcours.

Interview de Dimitri Pawlowski

Bonjour Dimitri !

Tout d’abord, merci de nous accorder quelques instants pour répondre à nos questions !

Pouvez-vous présenter votre maison d’édition aux Bookeeneurs ?

Bonjour, et merci pour cette interview.

Les Éditions de l’Homme Sans Nom, éditions HSN en abrégé, sont une maison d’édition indépendante créée en 2011. À l’origine, nos publications tournaient autour des trois genres au cœur de l’imaginaire, SF, fantasy et fantastique. Depuis quelque temps, conformément à notre envie du départ, nous avons ajouté le polar à la ligne éditoriale.

Quelles étaient vos motivations et envies lors de la création de votre maison d’édition ?

L’idée, qui sous-tend encore la maison d’édition à présent, était de proposer du « populaire de qualité », équivalent de l’entertainment anglo-saxon. J’entends par là des romans abordables mais qui ne prennent pas les lecteurs pour des idiots. Dans l’ensemble, mes motivations et envies à la création n’ont pas tellement évolué, elles se sont surtout affinées et précisées avec le temps.

Comme définiriez-vous l’esprit et la ligne éditoriale des Editions de l’Homme Sans Nom ?

Notre approche est assez simple : proposer une sélection de jeunes auteurs francophones, souvent pour une première publication, et les accompagner pour mener leur carrière le plus loin possible avec eux. C’est notamment pour cela que nous publions assez peu de romans chaque année, pour avoir le temps de faire un suivi pertinent sur ces titres.

Sur quels critères vous basez-vous pour choisir les manuscrits à publier ?

Un mélange de passion et de raison, pour ne pas être très original. Nous cherchons toujours à proposer des livres « coups de cœur » au maximum, en attachant une grande importance à la qualité de la plume, mais sans perdre de vue la réalité d’une entreprise, nécessaire pour continuer l’activité. Nous réfléchissons donc à une question de ligne éditoriale globale, mais aussi de potentiel commercial. Chaque élément doit s’agréger au mieux, le curseur pouvant aller d’un côté à l’autre. Un titre plus compliqué commercialement pourra ainsi trouver sa place chez nous parce qu’il y a eu un coup de cœur plus marqué.

Quel est le livre qui vous a particulièrement marqué dans votre parcours ?

trois mousquetaires

Que c’est une question difficile, surtout avec « le ». Du coup, je vais évidemment tricher un peu, en élargissant à trois… et demi. Les Trois Mousquetaires, qui explique ma passion pour les romans de cape et d’épée. Hamlet, pour son ampleur dramatique (et son importance dans mon parcours scolaire et universitaire). Et enfin La Reine de la nuit, de Marc Behm, œuvre pour le moins hallucinante, et hallucinée, à ne clairement pas mettre entre toutes les mains. Au final assez peu « d’imaginaire » au sens strict du terme, même si cette facette-là s’est probablement accomplie par le biais des ancestraux Livres dont vous êtes le héros et par un parcours extrêmement riche dans le domaine du jeu de rôle sur table.

Pouvez-vous nous parler de vos prochaines publications ?

Pour le planning 2018, nous pouvons déjà annoncer l’arrivée d’un nouvel auteur, Adrien Mangold, avec un récit de science-fiction, le nouveau roman policier d’Oren Miller (le titre est encore en brainstorming, mais, comme pour les précédents, on peut s’attendre à un titre décalé et à rallonge), ou encore Scarlett, nouveau roman de Roznarho, aventure cyberpunk avec une louche de pulp. Nous avons récemment lancé un appel à textes pour trouver un nouvel auteur de polar afin de développer cet aspect de notre ligne, et espérons trouver la perle rare pour enrichir notre planning à venir !

Nous remercions Dimitri Pawlowski d’avoir pris le temps d’échanger avec nous et nous espérons que ce portrait vous donnera envie de découvrir son travail au sein des Editions de l’Homme Sans Nom !

Une réflexion sur “Interview : Les Editions de l’Homme Sans Nom

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s